Antennes relais, zone de non droit?

Alain Gest: « Une nouvelle réglementation ne ferait que renforcer les craintes »

Posted in Entretien by camilleletallec on avril 22, 2010

Alain Gest, député (UMP) de la Somme

Chargé du rapport « Téléphonie mobile et santé »

Office parlementaire d’évaluation des choix scientifiques et technologiques (OPECST)

Comment en êtes-vous arrivé à préconiser le statu quo sur les antennes relais ?

Les conclusions du rapport que j’ai rendu sont  le fruit d’une multitude de contacts et rencontres avec d’anciens parlementaires ayant travaillé sur le sujet, des experts de la santé, en France et à l’étranger, en particulier dans les pays précurseurs en matière de  téléphonie mobile, comme les USA, la Suède, ou le Japon. Sur la foi des informations collectées et des études consultées, j’ai considéré que les antennes ne représentaient aucun risque pour la santé.

90 à 95% des études scientifiques sur le sujet concluent à l’innocuité des antennes relais. Quelques études laissent entrevoir d’éventuels problèmes notamment l’éléctrohypersensibilité, mais il n’y a même pas de preuve de l’existence de ce syndrome, qui est peut-être un trouble psychologique.

Le gros problème, c’est qu’à cause des précédents scandales sanitaires, la parole des scientifiques n’est plus crue aujourd’hui.

Cette défiance vis-à-vis des scientifiques n’est-elle pas justifiée par des conflits d’intérêt réels ?

Sur n’importe quel sujet les scientifiques sont amenés à travailler avec les industriels du secteur. Comme sur tous les sujets chacun fait son lobbying, tant sur les experts que sur les parlementaires. Mais chacun est ensuite libre de faire son choix, et l’OPECST considère qu’il faut faire confiance à la science.

Nous préconisons donc de poursuivre la recherche sur les téléphones mobiles. L’usage extensif du téléphone portable a 10 à15 ans, nous ne disposons donc pas du recul suffisant pour être certain de l’innocuité sanitaire des portables. En revanche, sur les antennes relais nous pensons qu’il n’y a plus grand-chose à faire en termes de recherche.

Certains rapports, comme BioInitiative, pointent pourtant des dangers…

Le rapport BioInitiative, largement cité par les opposants aux antennes relais n’est pas une étude scientifique mais une compilation d’articles certes écrits par des scientifiques, mais à la demande d’une personne dont le travail est justement de proposer des solutions aux problèmes causés par les ondes. Madame Cindy Sage vend ses conseils contre les dangers des ondes électromagnétiques. Il s’agit d’un conflit d’intérêt manifeste !

Que pensez-vous de l’abaissement des seuils d’exposition, comme celui instauré à Paris ?

Tout d’abord, le seuil de 2V/m instauré à Paris est un seuil moyen sur 24h. Ça ne veut rien dire, c’est exactement ce que vous avez ailleurs.  De plus cette mesure n’a scientifiquement aucun fondement. D’ailleurs toutes les mesures de ce genre sont dépourvues de tout fondement scientifique.

De plus, je pense que plus on prend ce style de mesures, plus on prend le risque de justifier la crainte des gens. On risque de s’entendre dire : « vous voyez qu’il y avait des raisons de s’inquiéter, puisque vous abaissez les seuils ». En Italie, le seuil réglementaire est de 6V/m.  Ça n’a rassuré personne. Au contraire, les gens ont conclu que les ondes étaient dangereuses.

Dans certains pays, comme au Japon ou aux Etats-Unis, les antennes ne posent aucun problème. La France est le pays où il y a le plus de transparence et d’information. Mais on a beau être transparent, ça n’a aucun effet sur les craintes des gens.

Il faut raison garder. Il est nécessaire de dépassionner ce débat en expliquant scientifiquement comment ça fonctionne plutôt que de contribuer à inquiéter les gens. Si vraiment les antennes relais étaient dangereuses pour la santé, il faudrait se préparer à affronter le plus gros désastre sanitaire jamais connu !

Ne pas légiférer sur la question ne présente-t-il pas le danger de voir les situations être tranchées au cas par cas par une jurisprudence sans cohérence ?

En effet. On peut ainsi penser à l’arrêt de la cour d’appel de Versailles, qui pose un vrai problème d’application du principe de précaution. La Cour dit qu’aucun risque pour la santé n’est aujourd’hui avéré mais qu’un trouble est engendré par la présence des antennes, ce qui justifie l’application du principe de précaution. Il s’agit d’une extension de l’usage du principe de précaution très préoccupante.

Vos recommandations ont-elles vocations à faire l’objet d’une loi, d’un amendement ?

Nous proposons que toute installation d’antenne relais soit soumise à un permis de construire. Je formule cette recommandation non parce que je considère les antennes dangereuses, mais parce que c’est une procédure simple, connue du grand public, permettant de mieux informer. Cette mesure sera proposée comme amendement à la loi Grenelle II, lors de sa discussion à l’Assemblée nationale, début mai.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :